Sommaire

Sommaire

Recherche

Nous suivre

newsletter facebook twitter

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Journée Quadripartite du mercredi 1er avril 2009

Évaluation et formation de l’individu

Article du 21 mars 2009, publié par Brice Parent (modifié le 9 novembre 2011 et consulté 386 fois).

Une journée quadripartite, à l’attention des parents, des élèves, des professeurs
et des membres du personnel de l’École alsacienne, s’est tenue le 1er avril 2009.

1. Propositions

Journée quadripartite du 1er avril 2009
Evaluation et formation de l’individu : propositions

Les propositions formulées peuvent être réparties dans trois grandes catégories, relatives à :

  •   la clarification des objectifs de l’évaluation
  •   la détermination des modalités de l’évaluation
  •   la restitution de l’évaluation

    A. CLARIFICATION DES OBJECTIFS DE L’ÉVALUATION

  •   Rédaction d’une « fiche d’objectifs » par chaque professeur en début d’année scolaire, à distribuer aux élèves ;
  •   Demander à chaque professeur d’expliquer les objectifs et les modalités d’évaluation choisies aux parents d’élèves, en début d’année, lors des réunions parents-professeurs ;
  •   Création d’une « charte de l’évaluation » entre toutes les familles ;
  •   Instaurer un système de tutorat des élèves par les redoublants (pour sensibiliser leurs camarades aux enjeux de l’année) et par les bons élèves ;
  •   Utiliser le cahier de textes en ligne, avant chaque évaluation, pour en indiquer précisément les objectifs, donner des conseils de méthode, et proposer des exercices-types destinés à préparer cette évaluation.

    B. DÉTERMINATION DES MODALITÉS DE L’ÉVALUATION

  •   Eviter les contrôles « surprise » ;
  •   Harmonisation entre professeurs / corrections croisées / anonymer les copies (au moins une fois par trimestre) ;
  •   Multiplier les contrôles de connaissances très brefs (une fois/semaine) ; diminuer le nombre de « grands contrôles » ;
  •   Rendre l’évaluation « formative » plus systématique, avec des entraînements non notés (ou notés selon un code différent de la notation sur 20) ;
  •   En cas d’échec collectif, refaire le contrôle ;
  •   Utiliser davantage les réparations, à l’initiative du professeur, ou à l’initiative de l’élève (dans ce dernier cas, le contrôle fait en réparation doit avoir un coefficient modéré afin que les élèves n’utilisent pas les réparations comme une roue de secours systématique) ;
  •   Proposer des évaluations orales plus fréquentes ;
  •   Prévoir un créneau horaire d’une à deux heures, dans l’emploi du temps, pour les contrôles, qui serait utilisé par tous les professeurs, à tour de rôle.

    C. RESTITUTION DE L’ÉVALUATION

  •   Améliorer la compréhension entre professeurs et élèves, en ménageant des temps de dialogue (à l’écart des camarades) au moment de la restitution des évaluations ;
  •   Ne pas annoncer la note ou l’appréciation publiquement, au moment de la restitution d’un contrôle ;
  •   Faire apparaître la note moyenne et les écarts-types sur la copie de chaque élève (pour l’information des parents) ;
  •   Une fois par an, remettre le bulletin trimestriel de l’élève en mains propres, en présence de ses parents, pour favoriser le dialogue (avec le professeur de classe, le CPE, le directeur) ;
  •   Faire comprendre aux élèves que le professeur est là pour les accompagner dans leurs progrès, pas pour les sanctionner.

    2. Programme

    Vous pouvez en télécharger le programme ci-dessous :

    Programme de la Journée quadripartite du 1er avril 2009
  •  Cette journée était banalisée : les élèves n’avaient pas cours et étaient invités à participer aux débats avec leurs parents leurs professeurs, et les membres du personnel de l’École.
  •  Pour les personnes présentes à cette journée, un déjeuner était offert, à la demi-pension (sur inscription préalable, avant le jeudi 26 mars 9h, sur notre site Internet, à l’adresse suivante : http://billetterie.ecole-alsacienne.org).
  •  La conférence de clôture annoncée sur le programme était en fait un spectacle du clown Pierre Fatus, ancien élève de l’École, sur le thème de l’éducation :


    3. Documents

    Georges Hacquard, ancien directeur de l’École alsacienne, explique comment la notation par lettres s’imposa après 1968 (l’évaluation à l’École est depuis revenue au canon de la note sur 20) :

    Une autre pratique qui allait tout juste passer l’hiver, c’est la notation chiffrée. Ici, les conclusions des commissions, à l’échelle nationale [1], rejoignaient les suggestions que Hacquard avait exposées, sans succès, à son retour des États-Unis, onze ans plus tôt. A l’École, Hammel avait fait adopter la proposition suivante : oui à la notation par lettres, étant entendu que plusieurs critères auraient à être pris en compte, donnant lieu chacun à une lettre. Par exemple : 1. l’état des connaissances dont témoigne le travail examiné ; 2. la manière dont sont utilisées ces connaissances ; 3. les qualités de l’expression écrite ou du savoir-faire dans les travaux pratiques.

    Ainsi, une notation ABD signifiera que l’élève connaît très bien son cours (A), qu’il l’applique bien (B) et qu’il a des difficultés d’expression (D). En revanche, une notation BDA signifiera que le cours est bien su (B), mais mal exploité (D) ; en revanche, l’expression est de bonne qualité (A). Echappera-t-on à la routine ? Tels qui se seront convertis par obligation à la notation lettrée ne seront-ils pas tentés de conserver leur barême ? C = 10, B = 12 ... 0 = 8 ! La réforme néanmoins est considérée comme bonne. Elle sera encore plus efficace quand on choisira de passer d’un ensemble de lettres impair (ABCDE) à un ensemble pair, lequel, éliminant la notion ambiguë de moyenne, contraint le correcteur à décider si le niveau est ou non satisfaisant.

    Ainsi, l’abandon pur et simple des évaluations, revendiqué par beaucoup de lycéens, n’avait pas été retenu par les commissions. Pas plus que la suppression des examens, elle aussi souvent envisagée.

    Georges Hacquard, Histoire d’une institution française, l’École alsacienne, Paris, AAEEA, 2000, t. 4, p. 286-287.

  • Notes.

    [1Une circulaire ministérielle de janvier 1969 invitera à passer à la notation lettrée.

    Document(s) joint(s)
    Programme de la Journée quadripartite du 1er avril 2009
    2 novembre 2009
    PDF / 148.4 ko

    Partager l'article

    Les autres articles de la rubrique

    Vidéo : The Conférence sur l’Édukassion

    École alsacienne - établissement privé laïc sous contrat d'association avec l'État

    109, rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris | Tél : +33 (0)1 44 32 04 70 | Fax : +33 (0)1 43 29 02 84