Sommaire

Sommaire

Recherche

Nous suivre

newsletter facebook twitter

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

La télévision à l’École (1964)

Cahiers de l’EA, 7, 1964

Article du 25 septembre 2009, publié par PO (modifié le 20 décembre 2012 et consulté 589 fois).

Un circuit fermé de télévision a été installé à l’Ecole, du 27 janvier au 1er février dernier. Il s’agissait d’un matériel C.S.F. mis à la disposition de l’Ecole à la demande de son Directeur par le Centre audiovisuel de l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud.

Une revue de T.V. a révélé cette expérience au grand public, mais de façon forcément hâtive, sommaire, et parfois confuse. Pour faire le point, nous sommes heureux de publier un extrait du rapport établi à la suite de l’expérience, par M. Valérien, Maître Assistant au Centre audiovisuel de l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud et Professeur à l’Ecole.

Le matériel de télévision a été installé et mis à la disposition de l’Ecole Alsacienne du 27 janvier au 1er février 1964.

S’il entre dans les attributions du Centre audiovisuel de « familiariser le personnel universitaire avec les techniques audiovisuelles » et d’ « animer des recherches fondamentales sur l’emploi de ces techniques », l’expérience faite à l’Ecole alsacienne a permis de satisfaire ces deux exigences :

  •  d’une part, il était nécessaire aux chercheurs du Centre de se familiariser avec le matériel avant d’entreprendre des démonstrations devant les enseignants ;
  •  d’autre part, une recherche en cours au C.A. V. concerne la formation des maîtres par l’apport du circuit fermé de T.V. Pour cette recherche, il était nécessaire de voir les possibilités et les limites de ce matériel, de façon à définir la méthode expérimentale à employer.

    Le matériel utilisé comportait :

    1 lecteur de documents C.S.F. ;

    3 caméras, boîtes de sychro et moniteurs ;
    8 récepteurs 43 cm ;
    1 liaison son ;
    1 possibilité d’enregistrement son, image et photo.

    La salle de classe était équipée en circuit fermé avec le lecteur de documents et 2 récepteurs 43 cm, pour une capacité de 32 élèves maximum.

    Les images de la classe étaient renvoyées par 4 caméras CI C2 C3 C4 (lecteur de documents + 3 caméras) dans deux salles voisines, distantes de la première de 30 mètres. Le son de la classe était également renvoyé dans les deux salles munies de récepteur (voir plan ci-joint), l’une de ces dernières salles pouvant d’ailleurs dialoguer avec la salle-studio.

    (1) Caméra de prise de vue.

    (2) Boîte de synchronisation, permettant de régler la caméra.

    (3) Récepteur de contrôle ou moniteur, destiné à l’opérateur (ou au professeur).

    (4) Récepteur destiné aux élèves.

    La liaison entre ces différents éléments constitutifs d’un circuit fermé se fait par câbles. Si la petite fleur est un document, le professeur peut régler lui-même l’installation. Si le professeur est la petite fleur (!) il faut un aide pour régler caméra et boîte de synchronisation.

    Sur le plan technique, l’expérience a permis d’une part de dégager un certain nombre de normes d’utilisation, d’autre part de voir comment pourrait être complété le matériel acquis par le C.A.V. en vue d’une utilisation plus rationnelle.

    Sur le plan pédagogique, il est plus difficile, sur 21 heures d’utilisation, de tirer des conclusions définitives : il est certain que des expériences complémentaires sont nécessaires pour confirmer ou infirmer certains points.

    Sang Neuf, 7, 1964

  • École alsacienne - établissement privé laïc sous contrat d'association avec l'État

    109, rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris | Tél : +33 (0)1 44 32 04 70 | Fax : +33 (0)1 43 29 02 84