Sommaire

Sommaire

Recherche

Nous suivre

newsletter facebook twitter

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Association des anciens élèves

Le 8 février 1876, M. Lucien Lassimonne, notre premier pensionnaire...

Article du 18 mars 2011, publié par PO (modifié le 24 juin 2011 et consulté 1819 fois).

Théodore Beck : Mes souvenirs, 1890 - 1922

ASSOCIATION DES ANCIENS ÉLÈVES

Le 8 février 1876, M. Lucien LASSIMONNE, notre premier pensionnaire, domicilié chez M. BREUNIG, fonda pour la jeunesse, la Société des « Amis de l’Alsace et de la Lorraine ». Le but immédiat de cette belle initiative, était de faire oeuvre de charité, au moyen de dons et de visites, d’aider les anciens élèves peu fortunés, sans tenir compte de leurs opinions et de leurs croyances. On exigeait simplement des adhérents qu’ils eussent une bonne réputation, qu’ils ne fissent partie d’aucune autre société dont le but ne fût pas absolument moral et enfin, qu’ils fussent autorisés par leurs parents à se faire inscrire.

Un comité fut formé, dont les premiers membres furent :

MM. LASSIMONNE, Président,

André RUGEAUD, Vice-Président,

André SALLAT, Secrétaire,

René KUHLMANN, Trésorier,

Jules DUICKEL, Jules FOUQUET.

Le Comité était, en outre, secondé par les membres suivants :

MM. Louis APPlA, Léon SCHUTZENBERGER, Prosper YVER, Alfred OSTERMANN, Roger CHAUDIN, Paul PARRAN, Stéphane d’ANDECY, Emile COSTES, Ernest RIEDER, Robert FAVRE, Henri DUSSERIS.

Cette oeuvre de bienfaisance, animée d’un fervent patriotisme, fut approuvée par le Conseil d’administration et par la Direction. Elle a rendu des services très appréciés, faisant ressortir un des caractères de la nouvelle école : la Fraternité. Elle fut l’origine de « l’Association des Anciens Elèves » dont la fondation définitive remonte à l’année 1878.

Elle grandit peu à peu et acquit la force qu’elle possède aujourd’hui, gràce à son organisation et au zèle des « camarades ». Elle est dirigée par un Conseil d’administration composé de 20 membres nommés par l’Assemblée générale. Le Conseil choisit chaque année, parmi ses membres, le bureau composé d’un président, d’un ou deux vice-présidents, d’un secrétaire général, aidé d’un secrétaire-adjoint et d’un trésorier, également avec un adjoint. Il y a de plus des commissions, finances, fêtes, bourses, secours et propagande, qui présentent annuellement des rapports à l’Assemblée générale. Les attributions de ces diverses fonctions sont nettement établies. Les statuts de l’Association ont été approuvés et enregistrés par arrêté préfectoral en date du 12 janvier 1892 : l’Association fut postérieurement reconnue d’utilité publique (5 août 1929). Elle peut, par conséquent, recevoir des dons et legs.

Le but de la société est, suivant les articles l et 2 des statuts, d’établir un centre commun de relations amicales entre les adhérents, de créer des bourses à l’Ecole Alsacienne et de secourir de toutes les façons ses membres.

L’association accomplit aussi une oeuvre de solidarité et de généreuse charité, de vraie fraternité. Le but qu’elle s’était tracé il y a 56 ans, a été, jusqu’à ce jour, fidèlement poursuivi ; l’Association a acquis, de ce fait, une incontestable autorité et un titre particulier à la reconnaissance publique et privée. L’« annexe » peut compter sur la fervente et active gratitude de la maison mère. Les deux, du reste, ne font qu’une, tout en restant indépendantes l’une de l’autre.

Toute manifestation de l’esprit de parti, toute discussion de questions politiques, sociales et surtout religieuses sont absolument interdites, et cela par respect et amour de la liberté. Il y a dans nos rangs une grande largeur d’esprit, un profond sentiment de tolérance. Nous pratiquons réellement l’unité dans la diversité ; c’est là un élément d’expansion et de vie, une garantie d’avenir, et de plus un fécond exemple.

De pareilles associations se trouvent sans doute dans la plupart des établissements d’enseignement secondaire, mais nous ne croyons pas que les relations aient ailleurs la même cordialité, le même caractère familial.

Nos anciens élèves sont disséminés dans toutes les parties du monde, et, partout où ils se trouvent, ils sèment le bon grain qu’ils ont recueilli à l’Ecole, partout ils sont les apôtres de nos convictions libérales, de nos tendances morales et du vrai patriotisme que nous leur avons inculqué. Plusieurs de nos anciens élèves occupent des postes élevés dans la Diplomatie, dans l’Enseignement, l’Eglise, l’Armée, les Lettres et les Sciences, le Journalisme, les Beaux-Arts, l’Agriculture, le Commerce, l’Industrie, etc... Presque partout ils jouissent d’une belle réputation comme amis du progrès, partout ils se font estimer et aimer.

Notre association, de plus en plus prospère, fait oeuvre charitable autant que ses moyens le lui permettent ; en dehors des bourses, elle accorde des secours aux élèves dont les parents ne disposent pas de ressources suffisantes. Bien entendu, ces libéralités ne sont consenties que sur une demande motivée des familles et après une minutieuse enquête.

Je ne puis m’empêcher de signaler, en passant, un fait typique qui fait ressortir l’esprit de l’association et l’intimité de ses relations avec la maison mère. A un moment donné, c’était en 1887, l’Ecole ayant des embarras financiers assez inquiétants, les anciens élèves sont venus offrir leurs ressources, « encore maigres », à la disposition de l’Ecole.

« Nous sommes heureux, disait l’un d’eux, Monsieur Stéphane d’ANDECY, de pouvoir nous acquitter envers l’Ecole d’une dette de reconnaissance, et d’assurer à des enfants ou jeunes gens méritants les bienfaits de l’éducation que nous avons reçus nous-mêmes. »

Le Conseil d’administration refusa, avec une reconnaissante émotion, cette offre généreuse.

Voici quels sont les moyens employés par l’association pour se procurer des ressources : ce sont d’abord les cotisations annuelles des membres (membres ordinaires payant tous les ans, membres perpétuels payant une fois pour toutes) ensuite le bal qui a lieu chaque année ; enfin les dons dus à de pieux et vivants souvenirs.

Le premier bal eut lieu le 12 avril 1883 dans la salle Beethoven ; les suivants eurent lieu à l’Ecole même, dans la salle de gymnastique agrandie. La fête eut un caractère intime, car on était entre amis ; ce fut un succès à tous les points de vue. Cependant, afin de disposer de plus d’espace et d’éviter les dérangements causés dans les classes, on dut choisir d’autres locaux, mais les réunions gardèrent pourtant leur physionomie originale et leur caractère amical. Afin de rapprocher les camarades les uns des autres, de les faire communier sous les mêmes impressions et les mêmes souvenirs, on organisa des dîners mensuels, très modestes. Au commencement de cette même année 1893, MM. BECK, directeur, BREUNIG, sousdirecteur, adressèrent à leurs jeunes amis, une lettre où ils les engageaient à organiser un banquet annuel qui, sans être une source de revenus, fût une occasion de se retrouver, de se revoir, de renouveler ou de consolider des liens formés sous le même toit et dans le même esprit. Seraient invités à cette réunion tous les membres de l’Association, proches ou lointains, ainsi que les membres du Conseil d’administration. Leur but, disaient-ils, était de se connaître, d’affirmer leur attachement à l’Ecole, leur solidarité. Ce projet fut approuvé à l’unanimité par les intéressés et fut réalisé dans la même année. Le premier dîner eut lieu sous la présidence de M. Gabriel MONOD, l’un des promoteurs de l’Ecole Alsacienne. Le second eut lieu l’année suivante, 1894, et fut présidé par M. Charles FRIEDEL, le vrai fondateur de l’Ecole avec M. Philippe de CLERMONT.

Je ne puis résister au désir de citer quelques mots du discours de M. FRIEDEL : « Il s’établit entre vous une solidarité qui doit être maintenue étroitement, car elle est une force pour tous, et pas la moindre. »

Ces réunions de famille, toujours pleines d’entrain, d’allégresse et de salutaire gaîté, ont été interrompues pendant la guerre, qui a fait perdre à notre société plus d’une centaine de ses membres. En 1919, après les quatre années d’effroyable tourmente où nos vaillants soldats ont composé la plus brillante épopée, où ils ont tracé la plus sublime page de notre histoire nationale, les réunions des camarades furent reprises, grâce à l’initiative de quelques anciens élèves, avec un enthousiasme correspondant aux événements.

L’Association, est-il besoin de le dire, gardera pieusement le souvenir des camarades qui ont défendu et sauvé la France. Leurs noms ne sont pas seulement inscrits sur le marbre, ils sont gravés dans les replis de nos coeurs.

Le banquet de 1919 fut particulièrement émouvant. On célébra d’une part, avec un frémissant enthousiasme, la victoire et le retour dans les bras de la mère-patrie des provinces captives où l’on avait tant souffert ; d’autre part, on évoqua douloureusement le souvenir des amis de l’Association tombés au champ d’honneur.

J’ai la vive satisfaction de rappeler que les familles LAUTZ, WAGNER, LÜRCK, Edgar KOECHLIN se sont fait inscrire comme membres perpétuels de l’Association, en souvenir de leurs fils.

Pleine des attentions les plus délicates, l’Association a organisé outre les réunions plus modestes, plusieurs banquets en l’honneur du Cinquantenaire de l’Ecole (1925), du 90e anniversaire de M. BECK, directeur honoraire (1929) et de la distinction que le Gouvernement de la République a bien voulu lui décerner pour ses 31 ans de direction et ses 66 ans de services publics.

Toujours en quête d’heureuses innovations, la société des Anciens a fondé, dès 1879, un prix de bonne camaraderie, décerné à un élève de Philosophie ou de Mathématiques élémentaires, en cours d’étude. Ce n’était pas une récompense, mais un souvenir offert, non pas forcément à l’élève le plus distingué, le plus appliqué, le plus apprécié par ses succès et ses progrès, voire par sa conduite régulièrement correcte, mais à celui qui, par sa manière d’être, par son caractère et sa sociabilité, paraissait être le plus sympathique à ses camarades. Le bénéficiaire est désigné par ses camarades eux-mêmes. Le vote, réservé aux classes supérieures, a lieu en présence de deux ou trois membres du Conseil d’administration. L’Ecole attache une grande importance à cette manifestation qui est l’antichambre de la Fraternité.

Liste des Lauréats du Prix de Camaraderie décerné à l’Association des Anciens Elèves depuis 1879 jusqu’en 1933 :

1879 : Stéphane d’ANDECY

1880 : Edmond ROBINEAU

1881 : Georges PARISET

1882 : Daniel DOLLFUS

1883 : Raphaël PARROT

1884 : Edouard de MORSIER

1885 : Jean CHARCOT

1886 (prix non décerné)

1887 : Paul LAURENS

1888 : Léopold GOUVY

1889 : Maurice GLATRON

1890 : Marcel OLIVIER

1891 : André RIEDER

1892 : Marcel GLATRON

1893 : Paul BARRY

1894 : Alfred BAUER

1895 : Paul MARTY

1896 : Etienne WEBER

1897 : Georges ROUQUAYROL

1898 : P. LUCAS-CHAMPIONNIÈRE

1899 : Willy WULFING-LUER

1900 : André PUGET

1901 : Charles PATTIN

1902 : Pierre VERNEUIL

1903 : Jean MADIER

1904 : Eugène BONNET

1905 : Gaston LEMOINE

1906 : Marcel RffiHRICH

1907 : Robert MONNIER

1908 : Bernard FREY

1909 : Jean GALTIER-BOISSIÈRE

1910 : Jean FAVRE

1911 : Jacques KELLNER

1912 : Eric CHRISTOL

1913 : Jean-L. BONETMAURY

1913 : Maurice GUILLAUME

1914 : Léon NETTER

1920 : Jean SCHLUMBERGER et Jacques NAVILLE

1921 : Claude BUSSARD

1922 : Henri BAHRMANN

1923 : Gaston WESTERCAMP

1924 : Jacques FISCHBACHER

1925 : Jean BELIN

1926 : Pierre REYNARD

1927 : Didier CUAU

1928 : Jacques ISORNI

1929 : Jacques GADREAU

1930 : Fred Marc HUGH

1931 : Annie P ATOUT

1932 : Jacques CHAUVIN

1933 : Fred SPENCER

Comme autres innovations, il faut signaler, d’une part, que l’élément féminin fait partie, depuis peu de temps, du Conseil d’administration ; d’autre part, que les dames sont invitées à assister aux réunions amicales et surtout au banquet annuel. Sans doute leur présence donne-t-elle un caractère un peu différent à ces réunions, mais il est certain que cette initiative est un élément de rayonnante et saine gaîté et aussi de féconde propagande.

Notre association est aujourd’hui (1932) en bonne voie de prospérité, grâce à ceux qui l’ont présidée, et à celui qui la préside aujourd’hui. Elle doit aussi son succès aux généreux sentiments qui animent ses membres, à leur complet désintéressement, à leur largeur d’esprit, à leur attachement à la maison mère et à leur amour passionné de la Patrie.

Les dirigeants de l’Association et leurs collaborateurs ne sont pas toujours d’accord sur certains points plutôt secondaires, mais ils le sont quant au fond, ce qui est l’essentiel. Tous, en effet, se considèrent comme les fidèles gardiens d’une tradition sur laquelle repose la maison et des principes de vie qui en font la réputation.

Nous ne devons pas oublier qu’un bulletin mensuel met les anciens au courant de tout ce qui regarde les adhérents et leur famille. Ce bulletin, très apprécié, est un trait d’union entre l’Association et ses amis.

Administration de l’Association des Anciens Élèves en 1932 :

Bureau : MM. J. G. KERGOMARD, Président, G. GALLIENNE, Vice-Président, J. STEEG, Vice-Président, M. PINCRARD-DENY, Secrétaire Général, J. DUVIGNAU, Trésorier, Ch. PINEAU, Trésorier adjoint.

Conseil d’Administration 1932 :

Membres honoraires à vie avec voix consultatives : MM. d’ANDECY, Stéphane, ancien Président, Docteur BAUER, Alfred, Docteur CRASSEVANT, Alyre, Professeur à l’Université d’Alger, CHABRIE, Robert, Homme de lettres, DUSSERIS, Henri, ancien Président, Industriel, HOLLANDE, Jean, Commerçant, RIEDER, Ernest, Commerçant, PASQUIER, Léon, Architecte, ancien Président, SCHLUMBERGER, Victor, Industriel.
Membres élus pour 4 ans avec voix délibératives : MM. ADAM Henri, Commerçant, BARBARY Roger, Crédit Commercial, BIANQUIS Pierre, Médecin, Mlle BONHOMME Denise, MM. DELAMOTTE Albert, Dr d’Agence de C.N.E., DUVIGNAU, Jean, Homme d’affaires, GALLlENNE Jacques, Industriel, GALLlENNE Georges, Industriel, GOUFFÉ Pierre, Industriel, Mlle HOUSSIN Simone, MM. KERGOMARD Joseph G., Professeur honoraire de l’Université, Dr NETTER Henri, NETTER Léon, Avocat, PINCHART DENY Marcel, Ingénieur, PINEAU Christian, Administrateur de Société, Dr ROEHRICH Alfred, Industriel, STEEG Jules, Industriel, TISSIER Pierre, Auditeur au Conseil d’Etat, de VILAINE Jean, Industriel, Colonel WALLNER Paul, Industriel.

Liste des Présidents de l’Association

1876 à 1877 : MM. Lucien LASSIMONNE

1878 : Lucien LASSIMONNE, Stéphane d’ANDECY, René KUHLMANN

1879 : Stéphane d’ANDECY,

1880 : Gustave WAGNER, Henri DUSSERIS

1881 : Henri DUSSERIS, René KUHLMANN

1882 : Lucien LASSIMONNE

1883 : Henri DUSSERIS

1884 à 1887 : Stéphane d’ANDECY

1888 à 1889 : Allyre CHASSEVANT

1890 à 1894 : Henri DUSSERIS

1895 à 1898 : Stéphane d’ANDECY

1899 à 1901 : Henri DUSSERIS

1902 à 1919 : Jules BLECH

1920 à 1926 : Léon PASQUIER

1927 à 1928 : Victor SCHLUMBERGER

1929 à 1932 : Henri ADAM

1932 : Joseph G. KERGOMARD

Présidents décédés :

Lucien LASSIMONNE

Jules BLECH

Les réunions tenues par les divers Présidents ont laissé et laissent encore d’ineffaçables souvenirs.

Ils sont, du reste, soutenus par le Directeur, Monsieur PÉQUIGNAT, qui ne fait qu’un avec l’Ecole et l’Association.

L’Association des Anciens Elèves est, elle aussi, pour l’Ecole Alsacienne, une garantie d’avenir.

Lire la suite : Bourses et réduction de frais d’études

École alsacienne - établissement privé laïc sous contrat d'association avec l'État

109, rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris | Tél : +33 (0)1 44 32 04 70 | Fax : +33 (0)1 43 29 02 84