Sommaire

Sommaire

Recherche

Nous suivre

newsletter facebook twitter

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Travaux d’élèves

Article du 14 novembre 2010, publié par Brice Parent (modifié le 18 décembre 2011 et consulté 429 fois).

Travaux d’élèves réalisés à l’occasion de la journée quadripartite sur le thème « Moi et les autres, la construction de l’individu par le groupe, pour le groupe, hors du groupe » du 17 novembre 2010.

6e3

  •  Professeur de classe : Mme Gaëlle Bosser
  •  échanges verbaux autour de petits personnages créés.

    5e2

  •  Professeur de classe : P. Duault
  •  travail maison en préparation de l’échange en heure de vie de classe, poème ou récit inventé ou vécu autour des notions d’intolérance, d’irrespect et d’exclusion.

    Les rencontres dans cette école
    sont comme un peu partout
    il y en a qui sont tres drôles
    d’autres, pas du tout.

    J’aime beaucoup mon entourage
    et, me dit-on, les bavardages.
    Les adultes sont exigeants
    mais aussi tres tolérants.

    Les copains sont différents
    noirs, rouges, verts et blancs.
    Il y en a qui sont nouveaux
    et ne disent que quelques mots.

    Les traiter avec gentillesse
    est une marque de politesse.
    Aux problèmes d’exclusion,
    on apporte des solutions.

    On en parle, on en discute
    et l’on arrête toutes les disputes.
    Le respect et l’amitié,
    voilà les deux mots-clefs.

    Raphael F.

    Je ne savais pas ce qu’était l’intolérance jusqu’au jour où Jean arriva au collège.
    Il venait d’une ville de province, était un peu timide et surtout il portait des habits très usés. Or, dans mon collège, la grande majorité des élèves adore les vêtements de marques. Avec son vieux pantalon de velours marron, sa chemise à petits carreaux et ses grosses chaussures abimées, Jean s’est d’abord attiré des regards méprisants. Pour ne rien arranger, il parlait avec un accent inhabituel qui n’était pas très distingué.

    Très vite dans la cour de récréation, plusieurs élèves se sont mis à chuchoter en ricanant dans son dos. Puis sont arrivées les moqueries et les phrases blessantes comme « Petit Jean, retourne dans ta campagne ! »,« Où as-tu trouvé tes chaussures ? Dans une étable ? » ou encore « On n’aime pas les bouseux, ici ! ». Jean ne répondait jamais et restait assis sur un banc, les yeux dans le vague. En classe, à chaque fois qu’il prenait la parole, des rires retentissaient. Les professeurs s’étaient bien rendu compte de la situation mais ils ne savaient pas quoi faire. Car personne ne voulait aller vers Jean par peur du regard des autres.

    Jusqu’au jour où Jean tomba malade. Je fus alors désignée pour lui amener les cours et les devoirs à faire. À ma grande surprise, je découvris au fil de mes visites, un tout autre Jean, passionné de photographie et d’opéra. Je me sentais un peu honteuse d’avoir parfois ricané sur son passage. Pour me faire pardonner, j’organisai dans la classe une exposition de ses photographies. Et le regard des autre sur Jean commença à changer...

    Sara L.

  • École alsacienne - établissement privé laïc sous contrat d'association avec l'État

    109, rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris | Tél : +33 (0)1 44 32 04 70 | Fax : +33 (0)1 43 29 02 84