Sommaire

Sommaire

Recherche

Nous suivre

newsletter facebook twitter

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Échange avec Ashbury College (Ottawa) - Avril 2016

Article du 11 avril 2016, publié par Morgane Ellinger, PO (modifié le 23 avril 2016 et consulté 755 fois). Logo : Office du Tourisme d’Ottawa

Dans le cadre des échanges linguistiques de courte durée, quinze élèves de Troisième se sont envolés ce week-end pour passer quinze jours à Ottawa.

Ils sont accompagnés par Madame Chambraud et Monsieur Borrelli.

Ils découvriront notre école partenaire Ashbury College. Leurs visites dans la capitale fédérale leur permettront de découvrir les institutions politiques du Canada, le grand musée d’histoire, le musée des sciences, avant de découvrir la faune et la flore de l’Ontario au cours de randonnées. Ils profiteront également de la fin de la saison des sucres et ne manqueront pas de goûter à tous les délices dérivés du sirop d’érable... Bon séjour !

Vendredi 22 avril

Jour du départ...
Le temps d’un dernier moment à Ashbury College, et celui de dire au revoir à tous leurs nouveaux amis canadiens, nos élèves s’apprêtent à reprendre l’avion pour Paris... Pour tous ce séjour aura été riche de découvertes.

Jeudi 21 avril

La journée de jeudi a été consacrée à une découverte approfondie (et de très près) avec la faune nord-américaine. Le Parc Oméga (situé dans la province de Québec) est une réserve qui permet de découvrir de nombreuses espèces d’animaux sauvages.

La visite du parc s’effectue en voiture sur un trajet d’une dizaine de kilomètres. Tout le monde est donc resté dans le car scolaire conduit par Monsieur Lavergne, avec les fenêtres baissées et la porte de devant le plus souvent ouverte... à de nombreuses occasions, des cerfs et des wapitis venaient nous "aborder" et passaient leur tête, voire montaient littéralement sur les marches du car pour quémander des carottes spécialement achetées sur place (nous avons fait un gros stock à la boutique en arrivant au parc !)

Certaines zones proches des points de stationnement peuvent se parcourir à pieds - au bord du lac des truites, ou pour se rendre à la passerelle qui domine les territoires des loups et des ours. C’est là qu’un naturaliste a donné à nos élèves des explications sur le mode de vie de ces animaux fascinants au cours d’une séance de nourrissage. Le fonctionnement au sein d’une horde de loups n’a pas laissé indifférents nos adolescents ... La famille des ours les a beaucoup amusés - ils ont l’air si adorables et inoffensifs... de loin ! Et ils ont eu la grande chance de les voir de très près.

Les sangliers, les cerfs de Virginie et les wapitis s’approchaient en grand nombre du car tout au long du parcours ; en revanche les marmottes et d’autres petits animaux étaient évidemment plus craintifs. Les deux seuls orignaux du parc étaient plus discrets. Bien sûr, les prédateurs sont séparés de leurs victimes potentielles... et on demande aux visiteurs de ne pas quitter leur véhicule en dehors des zones spécialement désignées pour le faire.

Tous nos élèves énormément apprécié le contact direct avec la faune canadienne dans un très bel environnement que nous a procuré cette sortie.

Mardi 19 avril

Ce matin, le printemps semble définitivement installé malgré des températures encore un peu fraîches : pour preuve, des clochettes bleues pointent sur les pelouses (encore enneigées il y a quelques jours) devant Ashbury College, et les petits élèves de la "junior school" sont tous sortis pour une première récréation dans la cour !

Ce mardi a été l’occasion d’une seconde et dernière visite guidée à pieds à travers la ville.
Vous pouvez voir une photo sous la statue de Samuel de Champlain, digne successeur de Jacques Cartier, célèbre explorateur des colonies espagnoles d’Amérique (1599-1601), du fleuve Saint-Laurent (1603) ainsi que de l’Acadie (1604-1607) et de la côte atlantique du Canada. Il aurait été à l’origine de la découverte d’Ottawa. Petite anecdote liée à la statue qui domine le fleuve : Champlain tient son astrolabe à l’envers, le sculpteur en ignorant le fonctionnement !
Nos élèves ont également pu observer la statue du Dancing Bear, et le monument dit de la Réconciliation (à la gloire de la paix).

Certains élèves ne manquent jamais un passage au marché pour s’acheter des "queues de castor" (beavers tails) divinement grasses et sucrées... surtout lorsqu’elles sont nappées de Nutella... Heureusement que les journées sont également riches... en marches sportives !

Lundi 18 avril

La journée a été exceptionnelle malgré le manque de soleil et la chute des températures - certes, il a fait 21°C dimanche, cela ne pouvait pas durer...

Notre groupe a passé la journée en pleine forêt dans le Centre pour études de la nature "Earth Studies", à environ 90 minutes de route d’Ottawa.

Le départ fut mouvementé car il a fallu attendre un élève victime d’une panne d’oreiller ! En arrivant, il s’est lui-même rendu compte que sa tenue vestimentaire différait légèrement de celle du reste du groupe : il portait des shorts et une veste légère - on avait prévu des chaussures de randonnée, des vêtements chauds et une protection contre la pluie, qui, heureusement, s’est avérée inutile ! La forêt a accueilli nos élèves avec quelques degrés de moins qu’en ville et beaucoup de neige et de boue.

Le premier exercice a consisté à apprendre à allumer un feu en pleine nature - avec des briquets, tout de même ! - et à cuire un oeuf. Les groupes d’élèves s’alimentaient en herbes, branches et brindilles à proximité et allaient chercher de l’eau au cours d’eau tout proche, ancien repaire des castors. Tout le monde a réussi cet exercice qui a agrémenté le pique-nique. Nous avons ensuite rejoint le coeur de Earth Studies en faisant une belle randonnée à travers la forêt.

Le second exercice nécessitait plus de bravoure car il s’agissait de s’embarquer sur un canoë (3 groupes de 5 élèves, chacun à son tour, avec un moniteur bien sûr)... en ôtant chaussettes et chaussures, dans un lac à moitié gelé !
Bravo au premier groupe de filles : elles n’ont pas hésité à se jeter à l’eau. Les garçons du deuxième groupe ont, quant à eux, fendu la glace.

La suite de l’aventure a mené nos élèves à la rencontre des animaux du centre : tout d’abord vers l’enclos des rapaces qui vivent sur place (aigles, chouettes et autres espèces pour la plupart recueillis suite à des blessures ou des accidents).
Nos élèves ont également craqué devant des bébés ratons-laveurs orphelins, recueillis dans le centre. Plusieurs d’entre eux ne voulaient plus les quitter !

Une prairie est réservée aux chevaux de race canadienne, introduits à l’origine sur ordre de Louis XIV. On ne sait pas de quelle race étaient ces chevaux, ni de quelle région de France ils provenaient ; certains écrits mentionnent les haras du roi, d’autres que les chevaux ont été achetés par la Compagnie des Indes occidentales.

La visite passionnante du centre s’est terminée par l’enclos des chiens de traîneau. Earth Studies possède une trentaine de huskies de Sibérie. Cette race a été élevée par la tribu inuit des Tchouktchis qui venaient du nord-est de Sibérie (région du lac Baïkal). Le nom "Husky" voulait dire "enroué" en raison du hurlement enroué de ce chien qui se rapprochait de celui du loup.
Suite à la vente, par les Russes, du territoire d’Alaska aux Américains, la présence de cette race de chiens s’est étendue sur le continent Nord-américain.
Pour la plupart, les huskies se sont montré assez paisibles, voire somnolents, mais certains ont fait de grandes démonstrations de sympathie ; la chienne Snow a ainsi pu être lâchée parmi nos élèves et elle a eu droit à mille caresses.
Nos élèves ont rencontré un cas d’hétérochromie (yeux vairons) bien que la plupart des chiens aient cependant eu les yeux bleu ciel.

Si heureux dans cet environnement magique, tout le monde a eu du mal à quitter la famille qui gère le centre et qui nous a fait découvrir ce petit bout de paradis ... hélas, il était temps de reprendre le car. Plusieurs de nos élèves ont trouvé que c’était la plus passionnante journée du séjour au Canada... pour le moment !

Les photos parlent d’elles-mêmes...

Vendredi 15 avril

Les visites des derniers jours ont été une excellente introduction à la passionnante journée de vendredi : nos élèves ont participé à l’"international day" à Ashbury College, une journée banalisée au cours de laquelle les élèves son invités à assister à des spectacles, à participer à une simulation de session des Nations Unies, à des jeux de rôle coopératifs autour d’un thème donné. Cette année, le thème retenu "Our home and native land", a permis à nos élèves de mieux comprendre l’histoire des populations indigènes (dites aussi "aborigènes" ou "autochtones") d’Amérique du Nord, l’impact de la colonisation et la politique de "réconciliation" menée actuellement par le gouvernement du Canada.

Ce matin, ils ont donc assisté à des conférences, avant un excellent déjeuner (un buffet international).

L’après-midi, ils ont été particulièrement marqués par un jeu de rôle intitulé "blanket exercise" (le jeu de la couverture) :

Toute l’école est divisée en quatre groupes qui se retrouvent dans quatre grandes salles (ou gymnases) de l’école avec des intervenants Amérindiens.
Des couvertures sont déployées au sol du gymnase. Elles se chevauchent pour représenter le territoire appelé Turtle Island, autrement dit le Canada actuel dans les langues autochtones. Chaque couverture illustre un territoire autochtone au sein du Canada.
Après un chant de bienvenue, les participants se mettent debout sur les couvertures pour figurer les peuples premiers (First Nations) ou Autochtones qui occupent tous ces territoires.
À l’arrivée des Européens, des traités sont mis en place mais rapidement les couvertures sont réduites.
On distribue aux élèves des cartons de différentes couleurs. De très nombreuses personnes contaminées par tous types de maladies apportées par les Européens (portant les cartons blancs qu’on leur a distribués) quittent les couvertures. Les personnes chassées de leur territoire, mortes de faim, de soif ou au cours des migrations (portant des cartons bleus) quittent à leur tour les couvertures
Les couvertures retirées progressivement figurent les territoires pris aux Indigènes qui, ayant perdu leur territoire, n’ont plus de raison de vivre, ce qui explique le fort taux de suicides parmi les populations autochtones à cette époque. Certains indigènes se réinstallent sur de nouvelles terres vierges, mais les Européens décident d’occuper tout terrain qui n’est pas utilisé " in a civilised way " de manière à contrôler de plus en plus de territoires : avec leur territoire qui s’amenuise, de nouvelles couvertures sont retirées et les peuples sont séparés.
Avec l’Indian Act de 1876 (qui ne sera modifié que dans les années 1950), c’est la création des réserves : les couvertures sont réduites au minimum et tous les participants au jeu gardent le silence en mémoire du Indian Act.
Les enfants aborigènes sont placés en "residential schools" - écoles sous tutelle de l’Eglise (on déploie une nouvelle couverture) après avoir été enlevés à leur familles. Leur réintégration est difficile voire impossible (ils retournent à leur place mais s’assoient alors que tout le monde reste debout). Les participants au jeu marquent un temps de silence en mémoire des enfants morts dans ces écoles, ou souffrant de troubles au retour dans leur communautés.
La suite de l’"exercice" implique les explications de la part des Amérindiens qui mènent ce jeu de rôle sur l’évolution du statut des Autochtones au Canada au cours des dernières décennies, avant de clore le jeu par un chant et une danse en commun.

Tous les participants ont semblé touchés par cette expérience unique en son genre.

Certains sont ensuite allés participer à un entraînement de rugby afin de se décharger de toutes les émotions de la journée et de passer un très bon week-end avec leurs familles d’accueil.

Nos élèves semblent très à l’aise dans leur nouvel environnement et apprécient particulièrement le contact direct et facile avec tous les membres de la communauté d’Ashbury.

Jeudi 14 avril

Aujourd’hui, après la matinée de cours, nos élèves se sont rendus au musée de l’Histoire ou "Musée canadien des Civilisations", de l’autre côté du fleuve des Outaouais, à Gatineau, qui appartient déjà à la province du Québec.

Ce magnifique musée aux formes très contemporaines, conçu par un architecte d’origine amérindienne, est consacré à l’histoire des différentes ethnies qui habitent le Canada. Sa grande galerie rassemble la plus importante collection de mâts totemiques amérindiens au monde. Ils ont été impressionnés !

Ils ont pique-niqué au bord du fleuve par un temps très clément au milieu d’oies et de canards... Nos élèves vivent en effet chaque jour la transition entre l’hiver canadien et le printemps qui s’annonce un peu plus chaque matin : le soleil arrive, les températures remontent, la saison des sucres touche à sa fin.

Tout le monde va bien !

Mercredi 13 avril

Après trois heures de cours et le déjeuner à la cantine d’Ashbury (qui propose des plats aussi bons que variés et en quantité impressionnante), nos élèves ont pris le car pour se rendre au Musée de la guerre.
Deux conférenciers leur ont fait découvrir, depuis le point de vue canadien, l’exposition permanente sur la participation à la 1ère et la 2nde guerre mondiale. Une visite très dense et pleine d’émotion.
Une photo montre le groupe dans la reconstruction d’une tranchée (avec effets sonores et visuels). Deux petits Canadiens se sont accroupis à côté des élèves, très impressionnés par la terrifiante narration de la guide...
Leur second guide, passionné et passionnant, a été chaleureusement applaudi par les élèves. Ils ont trouvé ce musée formidable. Certains ont même essayé les uniformes et costumes à leur disposition.

Mardi 12 avril

Après une brève matinée de cours, le bus scolaire d’Ashbury College a conduit notre groupe jusqu’à la colline du Parlement pour le début de la visite guidée du centre-ville avec une jeune conférencière fort dynamique.
Ils ont vu de loin le Monument commémoratif de guerre du Canada (en travaux pour préparer les commémorations du 150ème anniversaire du pays en 2017),
sont passés sous le "Bear eating fish", ont admiré les bâtiments du Parlement, le Château Laurier (hôtel de la compagnie ferroviaire qui donnait sur la gare au moment de la création du canal Rideau), les écluses du canal, le marché, etc. Ils ont collecté beaucoup d’informations sur les institutions et les personnalités de la ville.
La journée a été froide - surtout pour pique-niquer dehors, - mais le temps a fini par se radoucir. Madame Chambraud a fait goûter la queue de castor aux élèves à la fin de la visite (gras et sucré !), cela leur a bien plu.
De retour à Ashbury, nos élèves sont retournés en classe avant de se joindre à leurs correspondants pour leurs activités de fin de journée.
Tout va pour le mieux, les élèves semblent contents, chacun suit son correspondant, des projets sont déjà en cours d’élaboration pour le week-end...

Lundi 11 avril 2016

Ce matin tout le monde s’est retrouvé à Ashbury College, dont les abords sont encore couverts de neige. Les accompagnateurs ont pris le temps de recueillir les premières impressions des élèves et le récit de leur premier dimanche en famille. Puis tout le monde s’est retrouvé à l’"assembly", l’heure de regroupement hebdomadaire (ou bi-hebdomadaire) de tous les élèves de l’école : ce rassemblement est l’occasion de partager les bonnes et moins bonnes nouvelles, de célébrer les victoires des équipes de sport de l’école, d’annoncer les prix remportés par les élèves, d’annoncer le programme de la semaine. Parfois, un élève prend la parole pour parler de son parcours personnel ou de son sujet de prédilection : ce matin, une élève a ainsi choisi de présenter son pays d’origine, les Seychelles. Puis, nos élèves ont été formellement accueillis par toute la communauté d’Ashbury.
En début d’après-midi, ils ont bravé la pluie verglaçante et ont commencé leur découverte de la ville par Rideau Hall, magnifique domaine de 32 hectares situé non loin de l’école, demeure du Gouverneur Général du Canada ... qu’ils ont eu la chance de croiser ! Ils se sont présentés et Son Excellence D. Johnston a échangé quelques mots avec eux. Le Gouverneur général est le représentant de la reine Elisabeth II et exerce les responsabilités de chef d’État en son nom ; il est aussi le commandant en chef du Canada. Après la visite des intérieurs de Rideau Hall, nos élèves ont poursuivi la balade jusqu’aux chutes Rideau (qui offrent une vue impressionnante sur la rivière des Outaouais) avant de se livrer à une petite bataille de boules de neige pour couronner cette journée hivernale !
Tous ont retrouvé leur correspondant vers 15h45 à Ashbury College pour les suivre dans leurs activités extrascolaires, essentiellement sportives, au sein de l’école ou en dehors.

9 avril 2016

Tout le monde est bien arrivé à Ottawa. Nos élèves ont immédiatement emprunté le bus scolaire d’Ashbury, conduit par le professeur responsable de l’échange, Monsieur Lavergne, jusqu’à Ashbury College. C’est là que chacun a été chaleureusement accueilli par sa famille d’accueil. Pour l’instant, le soleil est au rendez-vous... mais il fait quand même bien frais : -1°C à l’arrivée, ce samedi soir...

La journée de dimanche sera passée en famille, avant la découverte d’Ashbury College lundi matin.

Diaporama
20160409_11531020160409_23310520160409_23312420160409_23331320160410_00044420160410_16140720160411_01185420160411_09022720160411_09023120160411_09024020160411_10474920160411_10514720160411_132645_00220160411_13405720160411_13514520160411_14233220160412_10592020160412_11383620160412_11513620160412_12002120160412_1201202016-04-12 13.46.402016-04-12 13.48.4520160413_13340920160413_14295120160413_14453520160413_14492320160413_1453002016-04-13 18.24.3420160414_11431820160414_11433220160414_11561520160414_12061520160415_121013_00120160415_12112920160415_12114820160415_12121820160418_11332820160418_11362620160418_11445820160418_11451020160418_11454220160418_11461820160418_114818_00120160418_11504520160418_11505120160418_12020820160418_12145820160418_12160020160418_12563320160418_13040820160418_13042520160418_13060920160418_13125920160418_13153520160418_13172420160418_13254920160418_13273120160418_13275020160418_13304020160418_13371620160418_13371620160418_13400620160418_13405820160418_13423820160418_13543820160418_13544020160418_13544820160418_13552720160418_13554720160418_14132520160418_14164020160418_14173220160418_14182220160418_14482320160418_15004920160419_10024320160419_11360120160419_11401620160419_11595920160419_12243420160419_12255620160419_12360620160419_13585020160419_14192520160419_16125720160418_14471920160418_14461020160421_11415820160421_11495320160421_11590220160421_12123320160421_12125120160421_12344820160421_12365520160421_13020420160421_13060820160421_13060820160421_13110320160421_13110320160421_13285020160421_13294620160421_13571720160421_14032420160421_141108_00220160421_14124020160421_16083420160421_160849

Vous pouvez aussi consulter l'intégralité de l'album sur notre galerie Flickr.

École alsacienne - établissement privé laïc sous contrat d'association avec l'État

109, rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris | Tél : +33 (0)1 44 32 04 70 | Fax : +33 (0)1 43 29 02 84