Sommaire

Sommaire

Recherche

Nous suivre

newsletter facebook twitter

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Le Foyer présente le Foyer

Article du 11 décembre 2009, publié par PO (modifié le 13 mai 2016 et consulté 1229 fois).

"Je suis fou du Foyer. Le Foyer de l’École alsacienne est le véritable centre du monde, avant même la gare de Perpignan." SALVADOR DALI peu avant sa mort, cit. in Sang neuf, n° 54-55, 1989.

Le Foyer, de son vrai nom le Centre culturel de l’École alsacienne, est une association loi 1901 qui dispose de son propre budget de fonctionnement. Son président actuel est M. Michel Marbeau, professeur d’histoire-géographie à l’école.

Le Foyer est un lieu où les élèves peuvent venir se détendre pendant leurs heures creuses : des jeux sont mis à leur disposition.

Le Foyer est un lieu de rencontres et d’échanges.

Le Foyer est un lieu où s’élaborent et se réalisent les projets para- ou extra-scolaires, qu’ils soient individuels ou collectifs.

"Peut-on imaginer la stupéfaction de Gargantua si, par un coup de baguette magique, franchissant les siècles, il se retrouvait en 1967 dans l’ancien hangar devenu notre "foyer" ? De ce grand souffle de liberté qu’il préconisait, il serait heureux de retrouver les marques profondes parmi nous. Les instants passés au foyer ne sont peut-être pas ce temps perdu que des esprits chagrins pourraient imaginer. N’avons-nous pas besoin, tout autant que les adultes, d’échanger nos opinions, de reconstruire le monde, d’apprendre à découvrir l’individu, alors que nous ne connaissons que le bon ou le moins bon élève ? Et ce n’est peut-être pas l’un des moindres mérites de notre Foyer que l’apprentissage de cette compréhension."
G. BONNEROT, 1re C, Sang neuf n° 16, 1967.

Le "foyer des élèves", centre culturel de l’École alsacienne, est né en novembre 1966 de la volonté de Georges Hacquard, directeur de l’École : à l’origine de cette initiative, le souhait de procurer aux élèves du Lycée un lieu de rencontre et de réunion. Une ancienne menuiserie étant à vendre, l’occasion fut trop belle pour ne pas la saisir.

Dans un premier temps, le rôle du Foyer était avant tout d’accueillir sous son toit les divers clubs et ateliers, jusqu’ alors dispersés à travers l’École. Mais très vite, et notamment à la suite du mouvement d’idées qui a animé, à l’instar de bien d’autres, l’École au lendemain de Mai 68, le Foyer a pris une importance particulière. C’est à ce moment en effet que l’instruction civique a disparue des programmes scolaires. Pour pallier ce manque, le Foyer a proposé, à la demande des élèves, un mode de rencontres aussi bien entre élèves et professeurs qu’avec des personnalités du monde politique et intellectuel : Pierre Mendès-France, Paul Emile Victor, Emmanuel d’Astier de La Vigerie, René Cassin, Stéphane Hessel, Georges Friedmann, Théodore Monod, Francis Perrin et Vercors furent parmi les premiers invités.

"Au foyer, les élèves ne sont plus des élèves : ils sont les membres d’une association. Cela modifie bien des choses, si l’on veut jouer le jeu."
G. HACQUARD, Vers une école idéale, Robert Laffont, 1971.

Les statuts du Centre culturel de l’École alsacienne (association loi 1901) précisent - et c’est là que se trouve sa principale originalité par rapport aux structures semblables - que l’Association est gérée par un Conseil d’Administration composé en nombre égal d’élèves et d’adultes. Dans l’esprit de son fondateur, le Foyer doit en effet représenter une "zone neutre" - "étant donné que la démocratie, par définition, ne peut réellement exister dans un établissement scolaire, il fallait imaginer un lieu où l’on puisse en faire l’apprentissage".

"Il faut d’abord dissiper l’équivoque entre deux Foyers : l’un qui représente une idée, une valeur, et l’autre, qui est un lieu sympathique de réunions et d’échanges amicaux. En fait, dans notre esprit, ils sont liés ; c’est pourquoi, peut-être maladroitement, nous les avons doté du même nom."
F. NICOLADZE, Sang neuf n° 15, 1966.

Conférences et rencontres d’une part, ateliers et clubs de l’autre : tels furent pendant longtemps les deux principaux axes de l’activité du Foyer. Ainsi, une trentaine d’ateliers et de clubs ont trouvé, à un moment donné, refuge au Foyer. Parmi eux, Atelier Sculpture, Atelier Théâtre, Atelier Philosophie, Atelier Connaissance de l’Art contemporain, Club Astronomie, Club Cinéma, Vidéo Club, Atelier de Physique moderne, Atelier Mécanique, Club d’Échecs, Club de Bridge, Club Revue de Presse, Atelier Photo, Atelier Philatélie.... Puis, peu à peu, le succès croissant les ateliers et la demande de plus en plus importante des élèves ont amené la Direction à prendre en charge nombre d’entre eux sous l’appellation "activités annexes", ouvertes dorénavant à tous les élèves y compris ceux du Petit collège.

"...Pourtant, ils invitaient, généreux à l’envi, quantité d’amis ou visiteurs divers, avec qui les discussions étaient toujours très vives et très animées. On bousculait des ministres (Lalande). On invectivait contre des journalistes (Amar). On boudait des inconnus (Fiacre de Terre d’Aventure). On célébrait les Anciens (Salem Elen Abdallah Ben Mohamed ben Ahmed El Boujenah). On écoutait des musiciens (Duhamel). Des conseiller du Prince (Fidel Debray). Interpellait des historiens (Chaunu). On transformait l’École en place Tien An Men, en invitant des étudiants chinois à bavarder, en couvrant l’École de dazibaos."
G. BEN AYCH, Sang neuf, n° 54-55, 1989.

En retour, le Foyer élargit son champ d’activités, organisant des sorties théâtrales, expositions, projections cinématographiques, concours, tournois... Les conférences, s’étant progressivement ouvertes à un public plus large (anciens élèves, parents, amis de l’École), ont gardé tout leur attrait : Claude Duneton, Françoise Chandernagor, Gilles Kepel, Bruno Frappat, Alain Minc, Bernard Kouchner, Robert Badinter, Alain Finkielkraut, Stéphane Hessel, Jean d’Ormesson, Hubert Reeves, Michel Rocard, Jorge Semprún, Philippe Starck ou Alain Touraine...

"Son fonctionnement est celui de tout organisme collectif : les récréations sont les heures de pointe ; la salle se vide aussi brutalement qu’elle s’est remplie par le tintement d’une sonnerie. Restent alors quelques élèves qui, n’ayant ni cours ni travail urgent à effectuer en étude, entament parties d’échecs ou organisent bridges ou belotes. En bref, on peut se désaltérer, fumer une cigarette, se réchauffer en cette période d’hiver... en un mot se détendre, et uniquement se détendre car il est interdit d’y travailler !"
R. NOHAIN, 1re B, Sang neuf n° 16, 1967.

Le Foyer propose un lieu "privé", bénéficiant, en quelque sorte, d’un statut d’extra-territorialité. D’autre part, le Foyer peut efficacement répondre à toute initiative venant d’un élève (exposition, tournois, journal de classe, year’s book, réalisation de film, action humanitaire, etc.) lui fournissant lieu, conseil, logistique et, si besoin, soutien financier.

Le Foyer ? Un lieu où se réunissent et prennent forme les projets et les idées. Un lieu où l’on peut se retrouver ou s’isoler. Un lieu où l’on peut se reposer, se distraire, se complimenter ou se chamailler...

École alsacienne - établissement privé laïc sous contrat d'association avec l'État

109, rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris | Tél : +33 (0)1 44 32 04 70 | Fax : +33 (0)1 43 29 02 84