Sommaire

Sommaire

Recherche

Nous suivre

newsletter facebook twitter

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Scènes comiques

Article du 4 octobre 2013, publié par PO (modifié le 5 octobre 2013 et consulté 13980 fois).

La lettre perdue
Nina Welgryn

Texte mis en voix (espace privé). Enregistrement à partir de 06:14.

— Et c’est là que malheureusement j’ai perdu cette lettre ! En allant au CDI, n’est-ce pas malheureux ?

— Ce pauvre petit R !

— Ne vous inquiétez pas Madame Écriture !

— Mais quel CDI au juste ?

— Il se situe en Irlande. Dans une école que je visitais. Ah, zut de zut !

— Arrêtez de pleurnicher ! Un jour un Thon a perdu son R ! Il avait carrément changé de sens ! Puis il est allé en Uruguay et l’a retrouvé !

— Je m’en moque ! Retrouvez-le moi !

— Ne vous énervez pas ! Enfin !

— Ah ! je me suis trompé, il est par terre ! Désolée, merci et au revoir !

— Mais…Oh... Encore un mot qui perd tous ses sens... Alors qu’elle n’en a qu’un ! »


Printemps
Amanda et Anjali

Texte mis en voix (espace privé). Enregistrement à partir de 5:36.

En ce moment c’est le printemps ! Le ciel est gris et on en a marre de la pluie !

Chocolat chaud et feux de bois, manteaux de fourrure et tons froids. Rarement nous avons vu un aussi triste printemps !

Quand viendra le moment du changement de temps ?

Besoin de vacances sur une Ile magnifique idyllique, normalement le printemps est magique !

Les fleurs éclosent ! Tout le monde est heureux ! Le soleil est là ! Gare à ceux qui ne sont pas joyeux !

Le soleil cet Usurpateur qui nous fait croire à des miracles n’est même pas là ! En cette heure !

Réagis ! Bouge-toi les fesses !

Escroc, va ! Cesse de ne penser qu’à toi, cesse !


Le fou

Gabriel Vandamme

(Le fou, un marquis)

— Venez- là.

— Là ?

— Oui, là ! Voilà c’est bien comme ça. Vous savez ce que j’ai à vous dire. Eh bien non ; vous ne dites rien !

— Arrêtez de râler, vous êtes ridicule !

— Mais je n’ai rien dit !

— Alors, il n’y a pas de problème ! Approchez-vous ! Juste là, parfait !

— Qu’y a-t il, au final ?

— Commençons par le début, voulez-vous ?

— Commençons alors !

— Vous êtes pressé ?

— Non. Enfin si ! S’il faut écouter dire n’importe quoi.

— Vous pouvez préciser cette idée ?

— Non.

— Vous êtes désagréable. Vous savez ?

— Moi ?

— Vous pensez que je parle tout seul peut-être ?

— Vous allez arrêter de parler comme ça ?

— Je croyais n’avoir encore rien dit.

— Nous discutons depuis tout à l’heure !

— Alors je suppose que vous savez ce que je voudrais vous dire.

— Bien sûr que non !

— Je pensais que vous le saviez. Vous n’écoutez rien, en fait.

— J’écoute seulement ce qu’on me dit !

— Mais laissez-moi parler !

— Bien.

— Bon, vous arrêtez ou je ne vous dis plus rien !

— Encore ?

— Très bien.

— Bah, allez-y !

— Pardon ? Qui êtes-vous ?

— Oh, laissez-moi, hein !


La triche
Inès et Annaelle

Trois élèves dans la cour de leur école

1 : Je fliiipe pour le contrôle de géo !

2 : Moi non, je sais tout par cœur. Tadâââm ! (Il montre une antisèche)

1 : Cool, on se met à côté !

3 : Les mecs, vous devinerez jamais !

1 et 2 : Quoi ! Quoi ?

3 : Vous voyez, je le savais que vous ne devineriez pas ! Le prof de géo est absent !

1 et 2 : Yeaah !

2 déchire son antisèche. ils dansent sous les restes de l’antisèche

Surveillant : Les enfants ! Vous devez le savoir : votre prof de géo est absent. (Danse) Mais par un heureux hasard, les copies sont dans son casier donc vous venez tous, je vais vous surveiller. Les trois là, au 1er rang !

1 : Je suis fort en puzzle !

2 : On est foutu !


Répétitions
Amanda Prugnaud

Comme tous les mardis soirs, Marie-Elizabeth se dirigeait à son cours de théâtre. Ce cours-ci allait entièrement être consacré à la scène du baiser de la pièce.

— Pouah ! Non ! Je ne peux pas !

— Quoi, tu ne peux pas ?

— Je ne peux pas embrasser Sébastien sur la bouche ! C’est répugnant ! C’est de…dégoutant ! C’est un film d’horreur, un thriller !

— Calme-toi Marie-Elizabeth !

— Non mais c’est honteux ! Je ne peux pas, il en est hors de question !

— Il faut que je t’explique que…

— Il n’y a rien à expliquer, c’est compris ? Je m’en vais pour ne plus revenir ! »

Sur ce, elle prit son manteau en fureur et sortit du théâtre.

— C’est bête que je n’ai pas eu le temps de lui expliquer que ce n’était pas Sébastien mais Rodriguez !


Le Retard
(Mon prof est un mutant)
Raphaêl Ichay

Théo : Je m’assois à ma place mais le prof m’appelle. Je me relève. Le prof se transforme en mutant ! Je cours, j’ai peur, je décide de me transformer en chien, mais bon, je n’y arrive pas.

Je reviens en classe, je prends un pot de crayons et je lui jette au visage et d’un coup ! Il les absorbe tous et se transforme en pot de crayons. Pris de peur, je me cache sous une table. Au contact de la table, je me transforme en table ! Je suis protégé du professeur. Je suis sur le point de l’attaquer quand…

Bip. Bip. Bip.

Théo : 7h30, mon réveil sonne.

Narrateur : Fou de rage d’être en retard, il prit son petit déj’ à la hâte puis il alla à l’école. Le professeur lui demanda la raison de son retard.

Prof : Théo Théodore ! Pourquoi es-tu encore en retard ?

Narrateur : Théo lui expliqua son rêve et au moment où il termina son explication, le professeur se transforma en martien.

Et voilà, tout recommence…


Les Marches
Maryam Tayara

Texte mis en voix (espace privé). Enregistrement à partir de 25:15.

Je fis un pas… Puis deux… Une latte grinça. Je m’immobilisai. Rien. Pas un souffle… Je continuai à avancer, doucement, pas à pas… À présent, il y a le principal obstacle : l’escalier. La troisième et la septième marche faisaient un bruit étrange. Une lumière ! Je passai en rampant devant la salle éclairée. Une fois relevée, je glissai bruyamment. Mais personne ne m’entendit. Après encore quelques minutes de marche pénible, j’atteignis enfin ma destination. Je m’approchai doucement du placard où était caché mon futur bien. J’ouvrai enfin le premier battant quand la lumière inonda la pièce. J’entendis une voix :

— Chérie, tu as déjà eu du chocolat au dîner… Allez zou mon cœur, au lit !

— Mais maman ! Je n’arrivais pas à dormir !

— C’est pour ça que tu es allée chercher du chocolat ? Parce que tu n’arrivais pas à dormir ?

— Qui t’as dit ça ? Non, non, en fait je dormais très bien, très très bien, je faisais un rêve merveilleux, quand j’ai été prise d’une crise de somnambulisme qui m’a conduite à aller marcher sur le balcon. Et là…

— Alors que fais-tu dans la cuisine si tu étais somnambule et que tu devais aller sur le balcon ?

— Qui t’as dit ça ? Non non, en fait je dormais mais j’ai fait un cauchemar et il y avait un affreux vampire. Il m’a hypnotisée et m’a obligée à aller chercher du chocolat pour lui. D’ailleurs il m’attend !

— Oh ! Ma chérie, dépêche-toi, prends vite le chocolat et remonte !

En remontant, je me dis : « Qu’est-ce que c’est crédule, les parents. »

J’ouvris la porte et ne pus retenir un cri : « Ah ! Un vampire ! »


Augmentation
Clarisse Thellier

Un patron et son employé, qui vient d’arriver.

Employé : Bonjour patron, comment allez-vous aujourd’hui, avez-vous eu un bon week-end, comment va votre petite famille, est-ce que… ?

Patron : Bon, qu’y a-t-il, où voulez-vous en venir ?

Employé : Je souhaiterais vous demander une chose, une chose minuscule, microscopique, sans aucun intérêt, je souhaiterais que vous me donniez une petite augmentation de 10000€.

Patron : Euh, hum, excusez-moi, à qui parlez-vous ?

Employé : Eh bien, je vous parle, je ne suis pas fou, n’est-ce pas ? Je parle à mon patron, je lui demande une augmentation de 10000 petits euros.

Patron : Ah ! Et puis-je savoir pour quelle raison ?

Employé : Cela ne vous regarde absolument pas monsieur ! Je ne vais pas vous demander où vous achetez vos lunettes.

Patron : Je peux vous le dire. Je les ai achetées chez Alir, les opticiens.

Employé : Ah ! Mais je ne vais pas vous demander quelle est la couleur de votre petit caleçon. Donc, pour revenir à la situation de départ, pouvez-vous me donner une augmentation de 10 000€ ?

Patron : Euh attendez, il me semble que… oui, oui, oui c’est bien cela, elle est verte à pois blancs ma petite culotte !

Employé : Oh ! Mon Dieu ! Qu’est-ce que je viens faire dans ce bureau de fou ?

Patron : Alors là, je ne sais pas ! Et vous de quelle couleur est-elle votre petite culotte ?

Employé : Euh, je crois que je vais aller manger !

Patron : Pas de problème, à plus tard. (L’employé sort) Ah, que je suis bon en imitation de gens idiots ! D’ailleurs, de quelle couleur est ma petite culotte ?


Palatin
Maxime Pinchart-Denis

En cours de latin. Théodor et le professeur.

Professeur : Eh bien Théodor, où sont les couleurs que j’ai demandées pour tes déclinaisons ?

Théodor : Je n’ai pas ma trousse mais contrairement à hier j’ai mon stylo plume !

Professeur : Oui mais tes déclinaisons, tu auras du mal à les apprendre si tu ne différencies pas les radicaux des terminaisons.

Théodor : Excusez-moi, je ne comprends pas, vous me demandez de décliner des couleurs puis de les différencier pour arriver à des radicaux… les couleurs primaires, quoi…

Professeur : Nous ne sommes pas en cours de dessin Théodor. Mais que vois-je ? Tu écris en colonnes alors que j’ai demandé d’écrire en lignes.

Théodor : Ben, je suis en train de faire un dégradé et c’est plus simple de le faire du haut vers le bas.

Professeur : Très bien, tu m’énerves avec tes couleurs, dessine si tu veux mais tu auras un rapport ou bien une observation.

Théodor : Je suis tout à fait d’accord, cela n’a aucun rapport avec le latin, c’est une bonne observation.

Professeur : Je pense que ça a sonné, vous pouvez y aller.

Théodor : Mais…

Professeur : Vous pouvez y aller !

Théodor : Au revoir Madame, bon week-end.

Professeur : Dernière chose Théodor. Nous sommes lundi.


Le Retard
(Le super excuse)

Noémie Plantier

Texte mis en voix (espace privé). Enregistrement à partir de 24:27.

Le réveil sonne. “Aaaah !” Il regarde le réveil. “Zut ! 8h10 ! Je vais être en retard !” Il s’habille en vitesse et court jusqu’à l’école. “Qu’est-ce que je vais dire à la prof ?!” Il arrive en classe.

— Hum ! Hum ! Pourquoi as-tu 30 minutes de retard ?

— Eh bien… J’ai raté le bus, j’ai dû venir à pied.

— Oui bien sûr ! Et après une voiture t’a renversé !

— Heu… Oui c’est ça, exactement ! Et après la police est arrivée ! Et comme ils avaient besoin d’un témoin, ils m’ont embarqué !

— Et après un éléphant rose t’a barré la route ?

— Oui ! Euh, non… Non, il était gris ! Et comme je suis chasseur d’éléphants, je l’ai capturé et remis au ZOO ! Après ils m’ont remis une récompense…

— Et tout ça en moins d’une heure !?

— Non je me suis levé tôt, je suis matinal.

— Bon, excuse acceptée. À ta place !


Les retrouvailles
Noémie Plantier

Texte mis en voix (espace privé). Enregistrement à partir de 17:06.

— Ah ! Mon bon ami ! Ça faisait longtemps !

— Oui ! Comme tu as changé ! Quel bel appartement tu as !

— Oui, je sais, merci. Je suppose que tu vis dans le même placard qu’avant…

— Heu… Bon, comment as-tu si bien réussi ? Quand je t’ai connu, tu étais un pauvre paysan, sans avenir…

— Eh bien, j’ai gagné au loto, figure-toi !

— Ah oui je me disais…Ce n’est pas ton talent en mathématiques qui aurait pu t’aider.

— Je te signale que le tien ne t’as jamais servi, tu es resté aussi misérable qu’avant…

— Oh mais !

On sonne. La bonne va ouvrir.

La bonne :

— Ah ! Madame ! Monsieur est dans le salon avec un de ses amis.

— Fort bien ! Qui est-ce ?

— Je ne sais pas, je ne l’ai jamais vu. Mais ils se disputent depuis quelques minutes…

— Ah bon !? Parce que vous écoutez aux portes, maintenant !?

— Non, absolument pas ! Mais ils parlent si fort…

— Eh bien, bouchez-vous les oreilles !

— Enfin, Madame…

— C’est décidé ! Maintenant vous mettrez de la cire dans vos oreilles !

— Mais je ne pourrai plus entendre vos consignes et par conséquent je ne pourrai plus travailler.

— Eh bien vous avez raison ! Me voilà obligée de vous renvoyer ! Faites vos bagages !


Entre nous (Les fruits)
Inès Jackson, Anaelle Malka, Noémie Plantier

Texte mis en voix (espace privé). Enregistrement à partir de 21:54.

Trois arbres se disputent.

Poirier : Ah, j’ai enfin des poires, elles sont arrivées tard, cette année !

Pommier : Moi, mes pommes sont arrivées à la bonne date !

Cerisier : La date n’a aucune importance ! C’est la beauté qui compte ! Regardez, mes cerises ne sont-elles pas à croquer ?

Pommier : Elles sont à jeter, oui !

Poirier : Haha , bien envoyé !

Pommier : Tu peux parler, avec tes poires à la noix !

Poirier : Tu t’es vue avec tes pommes pleines de vers !

Cerisier : Oh, calmez-vous ! Tout le monde n’a pas la chance d’avoir de beaux fruits comme moi !

Poirier : Tu parles, tes fruits sont tout petits, y’a quasiment rien à manger ! Alors que mes poires sont juteuses et sucrées !

Cerisier : Moi, mes fruits ornent tous les téléphones ! Je suis une star ! La vraie star, c’est moi ! Avez-vous vu comme je suis gracieuse, une fois fleurie ?

Poirier : Pff ! Tu parles ! Les enfants n’ont qu’une idée en tête, faire des confettis avec tes fleurs !

La Fermière : Elles sont pas mal mes pommes, par contre, les poires, elles sont venues tard, cette année. Oh ! Des cerises ! Germaine, prépare les casseroles pour le clafoutis !!


Les bonbons
Mariam Tayara, Anaëlle Malka et Noémie Plantier

Texte mis en voix (espace privé). Enregistrement à partir de 19:26.

Maryam : Coucou les filles ! Vous auriez des bonbons ?

Noémie : Non, désolée…Tu pars en vacances, toi ?

Maryam : Nulle part… Et vous ?

Anaelle : Pareil ! Sympa les vacances !

Maryam : Sûr ! Vous êtes sûres de ne pas avoir de bonbons ?

Noémie : T’as qu’à braquer le magasin de bonbons d’en face !

Maryam : Mais c’est une trop bonne idée ! Et après on irait piquer le yacht du propriétaire de Bouygues Télécom et …

Anaelle : Direction la Méditerranée !

Maryam : Et si on allait d’abord braquer Abercrombie à New York ?

Anaelle : Ouiiii ! Mais comment on fait avec les alarmes et tout ?

Noémie : On n’a qu’à soudoyer les mannequins !

Anaelle : Avec quel argent ?

Noémie : Celui des bonbons !

Maryam : Noon, je veux les manger, moi !!

Noémie : Ben... On va braquer une banque !

Anaelle : Encore mieux ! La Bourse de Wall Street !

Noémie : Dans ce cas, pas la peine de cambrioler Abercrombie, on peut tout acheter !

Maryam : Si ! Pour le plaisir ! Trop drôle !

Anaelle : Ouii ! Mais il faut agir vite ! Et qu’est-ce qu’on va prendre ?

Maryam : Tout ! Entre XM et M !

Noémie : Et les trucs moches ?

Anaelle : On les vendra !

Maryam : Et qu’est-ce qu’on pourrait faire après ?

Noémie : Aller à Hollywood ! Voir des tournages !

Maryam : Et kidnapper des acteurs !

Noémie : NON PAS DES ACTEURS ! DANIEL CRAIG !

Anaelle : Houlà, houlà, calme-toi ! Pourquoi Daniel Craig ?

Noémie : Comme ça on pourra le vendre à Inès !

Maryam : Oh, OK, si tu veux…

Anaelle : Et on fait quoi après ?

Maryam : Et si on allait faire un tour à la Maison Blanche ?

Noémie : Oui ! Et après on serait … les Maîtres du Monde !

École alsacienne - établissement privé laïc sous contrat d'association avec l'État

109, rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris | Tél : +33 (0)1 44 32 04 70 | Fax : +33 (0)1 43 29 02 84