Sommaire

Sommaire

Recherche

Nous suivre

newsletter facebook twitter

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.
L'actualité de l'École alsacienne
26 janvier 1924
article publié par Romain Borrelli, le 14 novembre 2017.
Lire l'article / L’Établissement

Pour l’École alsacienne qui trouve son origine dans la défaite de 1870, l’armistice de 1918 et la promesse du retour de l’Alsace et de la Moselle à la patrie ont eu une importance toute particulière. En témoigne encore aujourd’hui le canon qui jouxte le Monument aux Morts ramené à l’École ce 11 novembre. Grâce aux archives Pathé que nous remercions, nous mettons en ligne le film tourné lors de l’inauguration en janvier 1924.

Théodore Beck, directeur de 1891 à 1920, nous décrit ainsi la cérémonie dans ses Souvenirs :

"Après une courte allocution de M. Jules Scheurer, M. Péquignat, directeur de l’Ecole, prononça l’éloge des professeurs et des anciens élèves morts pour la Patrie ; puis M. Léon Bérard, Ministre de l’Instruction publique, rendit hommage au patriotisme qui anime l’Ecole et à son esprit d’initiative.
Enfin, après l’appel des Morts fait par M. Jules Steeg, officier aviateur et ancien élève, M. Millerand déposa une magnifique gerbe de fleurs au pied du monument, devant lequel les élèves de l’École, au nombre de 500, défilèrent en jetant des fleurs. »

Le Grand Collège accueille des filles depuis la rentrée. Vous verrez que parmi les élèves (garçons) qui déposent des fleurs sur le Monument, on peut voir une élève fille.

Les personnalités qui participent à cet événement illustrent la place particulière que l’Ecole alsacienne au sein du système scolaire républicain. Jules Schreuer est le président du Conseil d’administration, sénateur du Haut Rhin, frère d’Auguste Scheurer-Kestner qui fut l’un des premiers défenseurs de l’innocence du capitaine Dreyfus). Quant à Millerand, le Président de la République, il est père d’un ancien élève.

On notera à l’arrière plan le bâtiment 6, inchangé alors que le Monument aux Morts a été déplacé dans le jardin de la direction lors des travaux de construction du bâtiment 1 (l’emplacement initial se trouvait dans l’accès pompier, entre l’entrée du foyer et la grille).

Chargement de la vidéo...
Mobilisons-nous !
article publié par Romain Borrelli, le 13 novembre 2017.
Lire l'article / L’Établissement

Mobilisons-nous pour la protection des grands singes en participant à l’opération Peluchodon, à l’initiative des éditions Milan, opération menée par les éco-volontaires de notre école.

Donnez vos anciennes peluches du 13 au 24 novembre (au foyer, au CDI et devant la carte de France). Celles-ci seront cédées à une ressourcerie partenaire du 13ème arrondissement qui leur donnera une nouvelle vie.

L’argent collecté, grâce à vos dons de peluches, est destiné à la Fondation pour la Nature et l’Homme et, plus précisément, à son programme Rajako.

du 27 novembre 2017 au 10 janvier 2018
article publié par Brice Parent, le 7 novembre 2017.
Lire l'article / L’Établissement

Les inscriptions pour la rentrée de septembre 2018 (année scolaire 2018/2019) seront ouvertes du 27 novembre 2017 au 10 janvier 2018.

Si vous souhaitez demander l’inscription de votre enfant à l’École alsacienne, vous pourrez le faire sur notre site Internet entre le 27 novembre 2017 et le 10 janvier 2018.

Les modalités d’inscription sont présentées de façon détaillée dans la rubrique inscriptions : Inscriptions

Concours de nouvelles du CDI - 2017/2018
article publié par Romain Borrelli, le 13 octobre 2017.
Lire l'article / L’Établissement

La plume vous démange ? Vous avez toujours rêvé de devenir écrivain ? Lancez-vous ! et participez au concours de nouvelles organisé par le CDI.

Cette année le thème du mystère est à l’honneur...

Un jury de professionnels distinguera les lauréats dans quatre catégories : 6è/5è, 4è/3è, lycée et adultes (nouveauté !).

Les vainqueurs de chaque catégorie seront récompensés et leurs textes publiés.

N’hésitez plus ! Rendez votre texte avant le lundi 11 décembre 2017.

Vous retrouverez ci-dessous tous les renseignements nécessaires (et vous pouvez également retrouver le règlement du concours au CDI).

Document(s) joint(s)
re_glement.pdf
13 octobre 2017
PDF / 131.1 ko
Proposés et encadrés par les professeurs d’EPS
article publié par Romain Borrelli, le 6 octobre 2017.
Lire l'article / L’Établissement

Les professeurs de sports proposent aux élèves, pendant les vacances de la Toussaint, des stages sportifs :
Multisports pour les élèves du Petit Collège et Basket pour les élèves du Grand Collège.
Vous trouverez tous les renseignements sur ces stages en cliquant sur les liens suivants :

Petit Collège : https://ecolealsacienne.wufoo.eu/forms/z1tqsev41r2q4m7/

Grand Collège : https://ecolealsacienne.wufoo.eu/forms/zgt36nf0qk5fcb/

Document(s) joint(s)
stage_basket_gc_toussaint_2017_1_.pdf
3 octobre 2017
PDF / 189 ko
pc_-_stage_multisports_toussaint_2017.pdf
3 octobre 2017
PDF / 201.9 ko
Lundi 25 septembre 2017 au Foyer du bas
article publié par Romain Borrelli, le 21 septembre 2017.
Lire l'article / L’Établissement
Document(s) joint(s)
affiche_handicap_visuel_du_25_septembre.pdf
21 septembre 2017
PDF / 273.9 ko
L’Ecole alsacienne relaye l’appel de la Croix-Rouge française
article publié par Romain Borrelli, le 11 septembre 2017.
Lire l'article / L’Établissement

URGENCE
L’ OURAGAN IRMA s’abat sur Saint-Martin et Saint-Barthélémy

L’ouragan Irma, d’une violence extrême et l’un des plus dévastateurs jamais enregistré sur la zone des Caraïbes a touché très gravement les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy. La préfecture, la gendarmerie et la caserne des pompiers ont été en partie détruites, ainsi que de nombreuses habitations. Saint-Barthélémy a également été touché. Les premières informations témoignent d’un lourd bilan et des dégâts matériels très importants.

La Croix-Rouge française est plus que jamais mobilisée pour venir en aide à la population mais nous avons besoin de votre aide !

Merci pour votre soutien sans vous nous ne pouvons agir,

Il fut professeur de philosophie à l’École de 1955 à 1980
article publié par P. de Panafieu, le 11 septembre 2017.
Lire l'article / L’Établissement

Critique de théâtre à la revue Esprit, biographe de Jean Vilar, Alfred Simon a été un professeur de philosophie exigeant, passionnant et éclairant. Jean-Marie Catonné qui fut son collègue lui rend ici hommage.

Nous avons appris, durant cet été, la mort d’Alfred Simon à l’âge de 94 ans. Il avait quitté l’Ecole il y a près de 40 ans, oublié des nouvelles générations, mais n’avait cessé de marquer de sa forte personnalité tous ceux qui l’avaient connu, aussi bien élèves que collègues. Alfred Simon fit partie, avec Jean Conilh, de ces intellectuels qui écrivaient dans la revue Esprit – dont il tenait la chronique théâtrale – que Georges Hacquard fit venir à l’École, loin des sentiers battus de la pédagogie. L’éducation y gagnait le peu qu’elle se moquait de perdre en conformisme académique.

Alfred Simon y enseigna la philosophie et les lettres de 1955 à 1980. Sa parole passionnée, une pensée exigeante et sa vaste culture ne laissaient personne indifférent. Il fut le premier, on l’oublie, à créer un Groupe d’art dramatique à l’École alsacienne. Combien d’entre nous ont suivis sur France-Inter les débats animés du Masque et la Plume auxquels il participa durant plus de vingt ans, ou le rencontraient l’été, lors de conférences au Festival d’Avignon ? Il enseignait par ailleurs l’histoire du théâtre à l’Ecole de la rue Blanche et fut visiting professor aux États-Unis.
Alfred Simon accompagna le renouveau théâtral de l’après-guerre avec le théâtre dit d’avant-garde d’un Samuel Beckett, et la mutation d’un nouveau public né de la décentralisation. Il fut partie prenante de l’aventure du TNP de Jean Vilar (dont il fut le premier biographe), puis de celle du Théâtre du Soleil d’Ariane Mnouchkine, jusqu’à interpréter un rôle d’inquisiteur dans son film Molière. Un théâtre populaire sans démagogie populiste, à l’écart du divertissement “bourgeois” et de l’engagement militant.
Outre des centaines de critiques dramatiques dans la revue Esprit, qui n’étaient pas de simples comptes-rendus journalistiques d’un soir mais autant de réflexions approfondies sur l’utopie du théâtre, et ses articles dans L’Express, il laisse une quinzaine d’ouvrages dont une édition du Théâtre complet de Molière en cinq volumes pour le Club français du Livre, un Molière par lui-même aux éditions du Seuil qui connut plusieurs traductions, un Beckett qui fit date et une biographie de Molière, Molière, une vie, repris en Points poche, qui lui valut le Prix du Syndicat de la critique de théâtre.
Avec Alfred Simon s’éteint sans doute un des derniers témoins d’une époque de l’histoire de l’École alsacienne qui fut celle de Georges Hacquard.

Jean-Marie Catonné

Post Scriptum.

Dans l’album du centenaire, en 1974, Alfred Simon avait donné le texte suivant :

« Carrefour Vavin, l’Observatoire, le jardin du Luxembourg — ... C’est vrai, il y a des lieux qui font signe de loin. L’essence même du quartier se poétise, flotte dans l’air. C’est plein de 14 juillet pour peintres des années folles, de manèges qui tournent en silence dans l’or de l’automne, de philosophes et de nonnes qui font crisser le sable des allées, de spectres qui occupent la rue comme des lycéens en colère, d’enfants qui jouent avec les marionnettes et de marionnettes qui se prennent pour des habitants. Il y a des dômes aux rondeurs tendres et des palais qui se regardent avec gravité dans le miroir des eaux.
Et puis ce triangle qui pointe vers la statue d’un maréchal d’empire, le sabre au poing.
Les immeubles du boulevard tournent ostensiblement le dos à la rue Notre-Dame-des-Champs « triste comme une porteuse de pain congédiée ». L’Ecole n’a pas pignon sur
rue. Ni portique à la grecque, ni jardin d’honneur à la française. Deux petits drapeaux
lèchent mélancoliquement la grisaille des murs et attendent sans fin la joyeuse lessive
d’un Monet ou d’un Dufy. Cette école s’est installée comme ça, modeste et fière, décidée à vivre toujours un peu au-dessus de ses moyens, à harmoniser les contraires,
parisienne et provinciale, spiritualiste et laïque, novatrice et traditionnelle. Elle est née
d’une blessure. Il lui en est resté longtemps une imperceptible raideur, un patriotisme,
un humanisme, un idéalisme que les danses rituelles de la grande démystification
moderne ont peu à peu refoulé dans un inconscient qui grogne parfois. Mais ceux-là mê
mes que l’envie prenait périodiquement de secouer un peu l’institution, n’ont jamais
voulu le faire qu’avec une très grande douceur, et le souci de ne pas casser, sous prétexte d’innover, ce qu’il y avait de plus précieux (et de plus fragile) dans son libéralisme intransigeant : le sens du dialogue, de l’échange, de la communication réciproque. Les pères fondateurs ne sont pas allés au bout de leur utopie. Ces Alsaciens exilés, ces protestants minoritaires, ont simplement voulu inscrire dans la trame du réel quotidien un lien de tolérance, de non-oppression, de non-conditionnement des consciences. L’École alsacienne n’a jamais prétendu être une abbaye de Thélème, ou un Summerhill, une utopie vivante. Elle est pourtant devenue, renonçant, non sans douleur, au mythe de la grande famille ouatée, un lieu d’innovation pédagogique, de socialisation vécue, d’humanisation têtue, fondé sur la confiance réciproque. Jamais elle ne fut davantage elle-même qu’en libérant la créativité individuelle et collective. On pourrait évoquer des expériences, non pas seulement tolérées mais encouragées, qui anticipèrent de loin, non seulement sur le mouvement pédagogique, mais sur le mouvement artistique ou théâtral moderne. Aujourd’hui, les réformes, les audaces, les innovations sont, dans ce vieux pays centralisateur, planifiées, programmées, contrôlées. L’École elle-même s’est ouverte
complètement aux contradictions et aux tensions du présent. Ses vieux murs ne la protè
gent pas du fracas de la rue, ni des atteintes de la vie. Les certitudes d’antan sont mortes et aux doutes d’aujourd’hui il manque la vitalité d’un Montaigne et d’un Descartes. Les hommes aspirent à une fête dont ils ont perdu le secret. Pas question de tricher avec les mots, avec les gestes, avec les visages. L’École alsacienne ne continue pas. Comme l’homme, elle en est toujours à son commencement.
Alfred Simon professeur de philosophie »

Document(s) joint(s)
fullsizerender_14.jpg
31 août 2017
JPEG / 35.2 ko
Mercredi 6 septembre 2017 de 14h à 16h
article publié par Romain Borrelli, le 29 août 2017.
Lire l'article / L’Établissement

L’Ecole alsacienne est heureuse de vous proposer une "bourse aux livres et aux fournitures scolaires" (notamment matériel d’arts-plastiques, de sports et autres), pour les Petit et Grand Collèges.
Un très grand merci à Johanna Charpentier, initiatrice et responsable de ce beau projet.

La Bourse aux Livres aura lieu de 14 heures à 16 heures dans les salles :

113 / Manuels et fournitures concernant le Petit Collège
114 / Manuels et fournitures pour le Collège
115 / Manuels et fournitures pour le Lycée

(Entrée par le 109 rue Notre Dame des Champs).

Les familles qui souhaitent vendre des livres ou des fournitures scolaires peuvent se présenter à 13h30 sur place pour l’installation.

Les livres et fournitures mis à la vente doivent être en bon état ; les T-shirts d’EPS, propres et repassés.

Les prix de vente seront fixés librement par les familles et les transactions auront lieu de gré à gré.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter :

Morgane Ellinger - ellinger@ecole-alsacienne.org
Isabelle Delafond - delafond@ecole-alsacienne.org
Johanna Charpentier - j.charpentier@eleves-alsacienne.org

Reprise des cours : mardi 5 septembre 2017
article publié par Brice Parent, Romain Borrelli, le 11 juillet 2017.
Lire l'article / L’Établissement

Mise à jour du mardi 29/08/2017 : modification de l’horaire d’ouverture de la cantine

Vous trouverez, ci-dessous, le calendrier de la rentrée. Les horaires de reprise des cours y sont mentionnées. Nous indiquons également quelques dates des principaux voyages de niveau.

Document(s) joint(s)
r2017_-_ea_-_calendrier_de_la_rentre_e_-_feuille_1.pdf
29 août 2017
PDF / 293.7 ko

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 240

École alsacienne - établissement privé laïc sous contrat d'association avec l'État

109, rue Notre Dame des Champs - 75006 Paris | Tél : +33 (0)1 44 32 04 70 | Fax : +33 (0)1 43 29 02 84