École alsacienne
École alsacienne > 2021 > février > 01 > Flash historique #13 – Le 6 février 1937

Flash historique #13 – Le 6 février 1937

Le krach des tulipes : le flash historique de Pierre, élève de Terminale.

Chaque semaine Pierre, élève de Terminale, nous propose un « flash historique » mettant en lien une date de la semaine avec un événement qui a marqué l’Histoire.

Cette semaine : le 6 février 1937, le premier krach boursier de l’histoire, la Tulipomanie

Connaissez-vous l’origine de ce krach boursier ? Quel est le produit qui a bien pu bouleverser l’économie des Pays Bas du XVIIème siècle ?

Le 6 Février 1637 est le premier évènement de l’histoire de l’économie boursière dont nous sommes les héritiers. Ce jour-là, le prix des bulbes de tulipe va baisser soudainement. Les tulipes n’ont pas encore fleuri, mais le marché de la tulipe est en pleine récession. Après cette date, le prix d’un bulbe ne va cesser de chuter. On voit apparaître un krach économique dans les 7 Provinces Unies (qui forment aujourd’hui les Pays Bas). De nombreuses personnes seront ruinées à cause de ce krach, ils perdront tous leurs biens.

Pourquoi la tulipe entraine-t-elle la destruction de l’économie d’un des pays les plus riches du XVIIe siècle ? Dans la première moitié des années 1630, la noblesse des Provinces Unies voue une passion aux fleurs de tulipe et notamment à la tulipe tigrée. Elle devient un symbole de richesse que tous les nobles et les bourgeois souhaitent posséder. Les bulbes de tulipe tigrée sont une espèce rare au XVII siècle. On en trouvait uniquement sur les marchés de Constantinople (Istanbul).

Dans toute l’Europe du Nord ces bulbes, qui donnent des fleurs si élégantes, sont recherchées par la noblesse et les bourgeoisies fortunées. C’est un effet de mode où tous s’imitent.

Les Pays Bas centralisent ce marché spéculatif avec la bourse d’Amsterdam fondée en 1611, qui est la plus importante d’Europe à l’époque. La bourse est un espace où les vendeurs et les acheteurs sont mis en relation, pour échanger des biens (qui ne sont pas présents) à un prix qui s’adapte selon la demande. La tulipe est un produit qui s’adapte parfaitement à ce marché, les bulbes deviennent un produit de capitalisation. Tout d’abord c’est un produit de luxe qui va valoir des sommes astronomiques. 20 bulbes valent le prix d’un beau palais au centre d’Amsterdam. Son prix ne cesse d’augmenter car elle répond à une spécificité économique avec un excès de confiance dans l’augmentation des prix .

De Juin à Septembre les tulipes sont sous forme de bulbes. On les échange donc sans savoir si elles vont fleurir ou si la production de ces bulbes arrivera à terme. Le prix chaque année ne cesse d’augmenter car chacun veut gagner de l’argent en revendant ses bulbes de plus en plus chers. La fin de la période d’échange se fait en Février et cette année 1637 les marchés vont s’inquiéter car les prix sont irrationnels par rapport à la petite quantité des bulbes qui fleurissent au printemps. Les prix des contrats des bulbes de tulipes s’effondrent, tout le monde veut vendre mais plus personne ne veut en acheter. On se rend compte qu’il n’y a aucune garantie sur l’arrivée des bulbes et de leur floraison. Tous ces contrats ne sont que du vent. Personne ne souhaite plus acheter des tulipes, c’est le premier krach économique de l’histoire.

(Pour aller plus loin)

On peut retenir une leçon de la tulipomania (achat compulsif de tulipes). Dans un marché boursier ce qui compte ce n’est ni le produit, ni le prix du moment mais l’avenir et l’anticipation des changements économiques à venir. Cette expérience de la bourse des Pays Bas a montré les principes de base qui fonctionnent toujours dans toutes les bourses.

Savez-vous qu’elle est l’importance des Pays Bas au XVI-XVII siècle ? Depuis la Renaissance ces Provinces sont très riches en assurant le commerce entre le Sud de l’Europe et les marchés de l’Europe du Nord. Sous domination espagnole en 1519, les 7 provinces font sécession pour acquérir leur indépendance et leur souveraineté économique. Les Provinces Unies vont s’imposer comme la plus grande force maritime de l’époque dépassant les portugais, etpossédant des comptoirs commerciaux dans toutes les mers aux caraïbes, en Afrique du Sud, dans le golfe de Guinée, le Yémen, en Perse, Inde et même en Indonésie et Taïwan.

sources :

🚨Retrouvez toutes les informations sur le fonctionnement de l’École alsacienne durant la période d'épidémie : EA - covid-19🚨